Aujourd'hui plus qu'hier

du 31 juillet au 2 août

Françoise Gillard de la Comédie-Française

A la tombée du jour, une centaine de spectateurs aura le privilège de passer une soirée en compagnie d'une comédienne d'exception, dans le domaine d'Arnaga privatisé pour l'occasion.

 

Françoise Gillard, Sociétaire de la Comédie-Française, a conçu une lecture-spectacle en puisant dans les archives du musée des poèmes, textes et récits, dont certains inédits, de Rosemonde Gérard, épouse à la ville d'Edmond Rostand.

 

Ecouter la poésie de Rosemonde

L'envie de ces lectures vient du besoin de dire le verbe de Rosemonde Gérard, de faire entendre la grande poétesse qu’elle fut, et de rendre justice à la femme de lettres qui écrivit dans l’ombre de son mari, qui s’est sacrifiée pour lui laisser toute la place du succès.

 

Dans le Grand Salon de la Villa, Françoise Gillard fera à nouveau résonner la voix de Rosemonde Gérard, sa liberté, sa mélancolie, sa force, son amour de la nature, des mots et de l’être aimé...

 

Les lectures seront suivies d'un temps d'échange avec l'artiste.

 

Voir la biographie de Rosemonde Gérard

 

Une production FAB - Fabriqué à Belleville

Les 31 juillet, 1er et 2 août 2018 à 20h30

Tarif : 13€

Réservation sur la billetterie www.arnaga.com

Tél. : 05 59 29 83 92

Biographie

Françoise Gillard

Encore en formation au Conservatoire royal de Bruxelles, dont elle sort avec un premier prix d’interprétation en 1995, Françoise Gillard est engagée par le Britannique Adrian Brine pour jouer dans Arcadia de Tom Stoppard qu’il monte au Rideau de Bruxelles en 1993. L’année suivante, sous la direction de Dominique Haumont, elle interprète Elsbeth dans Fantasio de Musset au Théâtre des Galeries. Elle enchaîne sur L’École des femmes de Molière par Gérard Vivane et Roméo et Juliette de Shakespeare par Daniel Schahaise. En 1996, elle retrouve Adrian Brine qui la dirige dans Un mari idéal d’Oscar Wilde au Théâtre Antoine à Paris.

 

Engagée en tant que pensionnaire de la Comédie-Française en novembre 1997, Françoise Gillard devient, en janvier 2002, la 507e sociétaire de la Troupe. Elle y fait ses débuts dans Arcadia de Tom Stoppard par Philippe Adrien. En 1998, elle joue le rôle d’Henriette dans Les Femmes savantes de Molière par Simon Eine. Son interprétation d’Alarica dans Le mal court d’Audiberti par Andrzej Seweryn lui vaut le prix de la meilleure comédienne décerné par le Syndicat de la critique, le prix Suzanne Bianchetti de la SACD en 2001 ainsi que deux nominations aux Molières de la révélation théâtrale en 2001 et 2002. En 2005, Éric Ruf la dirige dans Et ne va malheurer de mon malheur ta vie, collage de textes de Robert Garnier.

 

Françoise Gillard interprète quelques rôles emblématiques comme Stella dans Un tramway nommé désir de Tennessee Williams par Lee Breuer, Cassandre dans Agamemnon de Sénèque par Denis Marleau, Roxane dans Cyrano de Bergerac de Rostand par Denis Podalydès, Marguerite dans L’Âne et le ruisseau d’Alfred de Musset par Nicolas Lormeau ou Sissi dans Erzuli Dahomey, Déesse de l’amour de Jean-René Lemoine par Éric Génovèse. Elle joue le rôle-titre dans Psyché de Molière par Véronique Vella, dans Esther de Racine par Alain Zaepffel et dans Antigone d’Anouilh par Marc Paquien, un rôle pour lequel elle reçoit le double prix Beaumarchais du public et de la presse de la meilleure comédienne en 2013.

 

Sollicitée par des metteurs en scène de renom, elle s’illustre tout autant dans le répertoire classique que dans les pièces contemporaines. Jacques Lassalle l’imagine en Elvire dans Dom Juan ou le Festin de pierre de Molière, puis en Sacha dans Platonov ou le Fléau de l’absence de pères de Tchekhov. Jean-Michel Ribes l'a dirigée dans Amorphe d'Ottenburg de Jean-Claude Grumber, Robert Wilson la met en scène dans Fables de La Fontaine. En 2009, elle crée le rôle de « Elle » dans Pur écrit et mis en scène par Lars Norén, qu’elle retrouve en 2018 sur Poussière. En 2015, elle apprend la langue des signes pour incarner Sarah Norman dans Les Enfants du Silence de Mark Medoff sous la direction d’Anne-Marie Etienne, repris au Théâtre Antoine. Son interprétation lui vaut une nomination dans la catégorie meilleure comédienne aux Molières 2017. En 2016, elle est La Femme mariée dans La Ronde d’après Schnitzler par Anne Kessler qui l’avait dirigée en 2006 dans Griefs (s) d’après Strindberg, Ibsen et Bergman. Dans le cadre des Singulis en 2017, elle créé L’Événement d’Annie Ernaux sous le regard de Denis Podalydès.

 

Françoise Gillard s’intéresse également à la chanson et à la danse. En 2010, elle interprète Signature, inspirée par le chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui, avec Claire Richard, qu’elle retrouve en 2015 pour L’Autre, une création dansée qu’elle présente au 104 à Paris puis au Théâtre du Vieux-Colombier. En 2011, elle participe au spectacle Chansons déconseillées, écrit et mis en scène par Philippe Meyer et, en 2013, au Cabaret Boris Vian par Serge Bagdassarian.

 

Hors Comédie-Française, on a pu la voir au cinéma chez Alain Resnais, Emmanuel Bourdieu, Bruno Podalydès ou Jeanne Labrune. À la télévision, elle a été dirigée entre autres par Jean-Daniel Verhaeghe, Alain Tasma ou Fred Garçon. Françoise Gillard participe régulièrement aux Siestes acoustiques initiées par Bastien Lallemant.

 

Pour la saison 2017/2018, elle joue dans Poussière de et par Lars Norén et fait la tournée de 20 000 lieues sous les mers d’après Jules Verne par Christian Hecq et Valérie Lesort.

 

Elle est chevalier de l’ordre des Arts et Lettres.